Constellation Hydre femelle: caractéristiques, étoiles, mythologie

- 13 Juin 2019

    Partager cet article :

De toutes les 88 constellations qui sont présentes sur le globe céleste, la constellation de l’Hydre ou Hydre femelle se trouve être la plus grande. Elle s’étend sur plus de 1300 degrés carrés avec sa tête qui se pointe vers le sud du cancer et son corps qui est dirigé et qui sinue vers la Balance.

Même si elle est la plus grande, elle ne présente que deux étoiles lumineuses en son sein, ce qui fait sa particularité. Hydres était déjà mentionnée dans les œuvres de certains scientifiques il y a plus de 2000 ans. Les écrits permettent aussi de savoir qu’elle a une place dans la mythologie de certaines civilisations.

Historique et caractéristiques de la constellation de l’Hydre

Au troisième siècle avant J.C, le poète Aratus qui n’était pas astronome écrivit un long poème sur l’Hydre, une œuvre qui sera utilisée comme référence. Près d’un siècle plus tard, l’astronome Ptolémée fit des œuvres sur le sujet.

A cause du petit nombre d’étoiles qu’elle contient, elle ne peut pas être facilement décelée dans le ciel. Cependant, elle peut être caractérisée par sa tête, son cœur, sa queue et son tronc.

En ce qui concerne la tête, elle est à équidistance des étoiles Procyon et Régulus qui appartiennent respectivement aux constellations du Petit Chien et du Lion. Lorsque les conditions sont bonnes, il est possible de visualiser les narines. Par contre, le corps de la constellation se prolonge vers le côté Est au niveau du Cancer.

Le cœur de l’Hydre se situe au niveau de son étoile la plus brillante qui est Alphard. Elle est utilisée comme point de repère dans le ciel lorsqu’il s’agit de certaines recherches.

En ce qui concerne le tronc de l’Hydre, il est divisé en deux parties tout en suivant l’axe Procyon-Alphard et qui se dirige vers la constellation du Corbeau. Chose étonnante, sur cet axe, les étoles moyennes λ Hya et ν Hya s’y trouvent et c’est à ce niveau que le tronc disparaît, laissant place à la constellation de la Coupe.

La queue est retrouvée un peu plus loin vers le côté sud. La queue de cette constellation n’est pas contiguë au grand ensemble, elle est vue dans les environs de la constellation du Corbeau.

Quelles sont les étoiles de l’Hydre ?

Bien qu’elle soit la plus grande des constellations, l’Hydre ne dispose pas de plusieurs étoiles brillantes. En réalité, elle est dotée de seulement deux étoiles très brillantes. La plus lumineuse est Alphard ou encore α Hydrae et qui est localisée au niveau du cou de la constellation.

C’est une géante qui a une couleur orange et qui est située à 180 années-lumière de la terre. Elle est environ 400 fois plus brillante que le soleil. En outre, on a l’étoile ε Hydrae qui est système stellaire ou étoile multiple.

Elle est constituée de 5 étoiles au minimum avec comme au centre, un couple qui est formé d’une géante jaune et d’une sous-géante blanche. Ensuite, il y a l’étoile σ Hydrae qui porte son propre nom : Al Minliar al Shuja. Elle est la dix-huitième étoile de l’Hydre.

La constellation possède aussi des étoiles variables comme R Hydrae de type Mira. On pourra remarquer que dans cette constellation, deux de ses étoiles contiennent des planètes. On peut citer aussi de nombreuses autres étoiles, mais qui ne sont pas très brillantes et donc qui ne présentent pas d’aussi grande importance.

Les objets célestes de la constellation

Au prime abord, il est important de noter que l’Hydre, à cause de sa grandeur, est nanti de plusieurs objets célestes. Elle contient deux étoiles qui possèdent chacune deux planètes. On peut citer alors le HD 74156 qui contient les planètes qui sont plus massives que Jupiter et dont les orbites sont à 0,294 et 3,40. On peut aussi noter la planète HD 82943. De plus, dans l’Hydre, il est possible de trouver la Galaxie de l’Hydre qui est un superamas.

Dans l’Hydre, on peut distinguer l’amas ouvert M48 découvert par l’astronome français Charles Messier en 1771. On pourra aussi citer l’amas globulaire M68. L’Hydre est composée aussi de plusieurs galaxies comme la M63 qui se trouve être la plus lumineuse des galaxies dans l’hémisphère sud.

Il est important de noter que cette constellation est riche en termes de découvertes et elle a permis de faire avancer de nombreuses recherches. On peut citer la galaxie lenticulaire NGC 4993 qui est l’origine des ondes de gravité GW170817 qui sont associées à celles électromagnétiques découverts le 17 août 2017.

Hydre et mythologie

En premier lieu, la constellation de l’Hydre renvoie dans la mythologie grecque, à l’Hydre de Lerne qui est un monstre à plusieurs têtes. Dans le cadre de ses douze travaux, Hercule a tué l’Hydre de Lerne dans sa deuxième activité.

Selon les descriptions, cette Hydre semble avoir plusieurs formes en fonction des civilisations. Pour d’autres, l’Hydre de Lerne a un corps de chien avec des centaines de têtes et pour d’autres, l’Hydre de Lerne a un corps semblable à celui du serpent avec 9 têtes. Mais la légende racontait aussi que ses têtes repoussaient à chaque fois qu’elles étaient coupées.

Lors de son combat contre l’Hydre, Hercule a porté une peau de Lion pour se protéger tandis que la divinité Héra a envoyé un crabe pour aider l’Hydre et distraire Hercule dans son combat.

Mais, Hercule réussi à couper les têtes de l’Hydre et à utiliser le crabe de manière à ce que les têtes ne poussent plus. C’est ainsi que Zeus a placé le crabe et l’Hydre dans le ciel, et qui représentent respectivement la constellation du Cancer et celle de l’Hydre.

Aussi bien les astronomes et ceux romains ont donné plusieurs noms à l’Hydre en fonction de leurs appréhensions. Parmi ces noms on peut citer : Furiosus, Anguis, Aquaticus, Idra, Idus, Serpent, etc.

Une étude plus approfondie de cette constellation permet de découvrir toutes les potentialités et tous les atouts dont elle dispose. Au cours de certaines périodes de l’années, même les astronomes amateurs pourraient la regarder.

    Partager cet article :