Constellation du Indus Indien: caractéristiques, étoiles, mythologie

- 23 Mai 2019

    Partager cet article :

Encore connu sous le nom d’oiseau indien, Indien désigne une constellation située au niveau de l’hémisphère sud. Il faut préciser que la qualification d’oiseau indien est moins populaire. Les spécialistes craignent les risques de confusion avec une autre constellation du nom d’oiseau de paradis.

Remarquez que la partie que recouvre la constellation Indus est particulièrement en carences d’étoiles potentiellement perceptibles au télescope. Ainsi, quelles sont les principales caractéristiques de la constellation Indien ? Quelle est son histoire et sa mythologie ? Combien d’étoiles la composent-elles ? Vous saurez tout sur cette constellation dans ce dossier complet.

Les principaux traits distinctifs de la constellation Indien

Il est nécessaire de reconnaître qu’il s’agit d’un exercice bien difficile. En vérité, l’Indien est une constellation qui n’a pas une forme très évocatrice. Mais, vous pouvez remarquer que sa morphologie s’apparente à un indien d’Amérique du Sud, tenant à la main une lance.

Il faut noter que la constellation peut être vue, quoique difficilement, grâce à son étoile alpha indi (de troisième grandeur). Afin de l’apercevoir, il est recommandé d’ailleurs d’inclure dans vos recherches des constellations voisines telles que la Grue.

Notez, par ailleurs, que le secteur nord de l’Indien peut être aperçu dans les latitudes de Borealis. Aussi, son secteur sud est composé d’étoiles de cinquième. Celles-ci lui permettent d’accéder directement vers l’octant du pôle céleste sud.

Vous comprendrez aisément alors que son observation soit possible à partir de l’hémisphère sud. En général, les meilleures périodes pour la regarder oscillent entre les mois d’août et de décembre. A ce propos, il est fort utile de noter les coordonnées de la constellation Indien : 22h 00m 00s, -60 ° 00 ’00 “.

Les principales étoiles de la constellation Indien

Il faut retenir que la constellation Indus partage sa zone avec d’autres étoiles dont le paon et la grue. L’Indien est particulièrement plus petit que ses constellations voisines. En réalité, cette situation s’explique de par le fait qu’elle ne contient qu’une seule étoile signifiante.

Il s’agit de l’étoile connue sous le nom de α Indi. Celle-ci peut être considérée comme une étoile géante de rang KO. Cette étoile est assurément la plus brillante de la constellation Indien. Avec une ampleur de 3,11, la star a Hindi est située à environ 100 années-lumière du système solaire, soit dix fois plus grands que le soleil. Il faut aussi que cette star est en vérité une étoile triple. Toutefois, ses voisines sont anormalement plus petites. Elles ne possèdent qu’une magnitude de 12.

En la visualisant, vous remarquerez que son spectre est riche en métaux.

En revanche, vous pouvez aussi noter qu’il existe d’autres étoiles composant son système stellaire. Il s’agit de ε Indi, une étoile localisée à 11,82 années lumières de la terre. Cette étoile a la spécificité d’être la 19ème plus proche du soleil.

En outre, comme beaucoup de constellations, l’Indien est constitué d’étoiles doubles. Malheureusement, elles sont également compliquées à percevoir. Les seules qui sont identifiables sont les étoiles δ Indi et θ Indi.

Ce sont deux étoiles de couleur blanche avec des dimensions de quatrième et sixième grandeur. La séparation entre les deux stars est d’environ 6 arcs seconds. Le moment idéal de l’année pour les visualiser est en décembre. A ce titre, vous pouvez noter que leurs coordonnées sont : 21h 19m 52s  -53 ° 26 ’57 “.

Enfin, vous pouvez aussi remarquer que la constellation Indien est dotée d’étoiles variables. La plus scintillante d’entre elles est une star semi-singulière de type T. Elle possède une magnitude de 6.0. Ceci la rend perceptible pendant au moins 320 jours dans l’année. Il faut préciser également que c’est une étoile de type Smireig Bouton. A cette étoile variable, vous pouvez ajouter les stars S indi, W indi et X indi.

La première a une amplitude de 7,4. Notez qu’elle est visible presque sur 400 jours.   La seconde a une ampleur maximale de 9,40. Tandis que la dernière a une magnitude d’environ 8,0. Ces deux étoiles ne sont perceptibles que pendant 250 jours par an.

En définitive, vous pouvez remarquer que le fond de la surface couverte par l’Indien laisse entrevoir des galaxies. Toutefois, vous devez vous équiper d’un télescope professionnel pour pouvoir les observer. Parmi les galaxies les plus signifiantes, vous pouvez inscrire IC 5152 et NGC 7049.

Mythologies de la constellation, Indien

Historiquement, les astronomes attribuent l’invention de la constellation Indien aux navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman. Elle fut, par la suite, inscrite par Johann Bayer dans son Uranometria en l’an 1603.

Pour la petite histoire, Bayer a voulu rendre hommage aux indiens d’Amérique latine en les gratifiant d’une place dans la voûte céleste. En 1627, l’astronome et moine allemand entreprit de réunir les zones de l’Indien et du Paon. Cependant, cette création somme toute originale ne rencontrera pas le succès escompté. S’agissant la mythologie de cette constellation, elle prend sa place dans la civilisation grecque également.

Il faut bien reconnaître que toutes les constellations prennent leur genèse de la Grèce antique. Mais, il peut tout aussi être situé la naissance de la constellation Indien dans la culture de l’Inde. A vrai dire, il faut avouer que l’astronomie indienne n’a jamais été aussi développée que celle de l’Occident. Tout de même, il convient de la revisiter. Chez les indiens de l’antiquité, la terre était considérée comme une surface circonscrite par l’océan (Aittirêya-Brâhmana).

Aussi, pour eux, le ciel portait en lui 7 rishis. Ce qui s’apparente dans l’astronomie actuelle à la grande ourse. Les signes du Zodiaque sont, quant à eux, formés par ce qu’ils nomment les nakshatras.

Enfin, pour les amérindiens ou les indiens d’Amérique latine, les étoiles constituent des « otsistok ». En effet, pour les iroquois, par exemple, il s’agit d’un feu dans l’eau. Vous pouvez remarquer aussi des similarités dans les constellations indiennes et celles de l’Occident. Vous retrouverez dans les deux civilisations la constellation Vénus, et bien d’autres illustrations.

Ainsi donc, il faut retenir que l’Indien renvoie à une petite constellation, célébrée par Bayer, est située au nord du petit nuage de Magellan.

    Partager cet article :