La constellation du Scutum (Écu de Sobieski): caractéristiques, étoiles principales, mythologie

28 Jan 2020

La constellation du Scutum ou l'Écu de Sobieski représente une constellation de petite taille qui se situe juste à l'est de la Queue du Serpent. Le Scutum occupe la 5e place des plus petites constellations, cependant il dispose d’un nombre important d’objets célestes intéressants et ce, grâce à sa position au niveau de la Voie lactée, dans une région très riche.

Il est possible d’observer la constellation du Scutum depuis presque n’importe quelle latitude terrestre du fait de sa situation à 10° en dessous de l’équateur céleste. Cette constellation toute petite, en forme de rectangle, porte également le nom de « le Bouclier » (traduction fidèle du nom latin, qui ne tient pas compte des sentiments patriotiques d’Hévélius) qui autrefois était partie intégrante de l’Aigle.

L’Ecu de Sobieski a été inventé en 1683 et représente l’une des 7 constellations crées par Johannes Hévélius. L’astronome polonais les a représentés dans son atlas posthume publié en 1690 sous le titre Firmamentum Sobiescianum. Il a créé le Scutum Sobiescianum pour rendre hommage au roi Jean III de Sobieski, qui se distingua en résistant à l’avancée turque en Europe. Dans cet article, découvrons plus amplement les caractéristiques de la constellation du Scutum, ses principales étoiles ainsi que la mythologie qui lui serait associée oui ou non.

Les caractéristiques de la constellation du Scutum

L’Ecu de Sobieski (Scutum) constitue une constellation relativement faible avec une magnitude 4 et ne possède pas de forme très suggestive. Le bouclier constitue le principal modèle pour illustrer la constellation et le dessin est fait de profil et certainement suite à un combat acharné. Il s’agit de la seule constellation “politique” qu’on puisse encore trouver dans notre ciel. L’Ecu de Sobieski se trouve précisément entre la queue de l’Aigle, λ et 12 Aql, et ν du Serpentaire/Ophiuchus.

Il est donc très facile de repérer la constellation du Scutum depuis la queue de l’Aigle. Le bout de cette dernière est orienté de manière grossière sur δ Sct (variable) à 7° et un peu plus loin sur γ Sct à 8°. Aussitôt, on repère β Sct à l’Ouest de la queue à 5°. L’étoile α Sct est facilement repérable au milieu de l’ensemble. Après 3°, dans le prolongement de la direction queue de l’aigle, il y a ζ Sct. Apres 6 ou 7 degrés, toujours en prolongeant cette direction, on trouve la ν du Serpentaire/Ophiuchus, tenant la queue du Serpent.

Cette dernière, subrepticement, se glisse entre la main et le bouclier avec la moindre étoile lumineuse pour la faire distinguer. Bien que des lignes et dessins soient distinguables dans les atlas célestes, l’Écu de Sobieski ne possède pas de forme vraiment reconnaissable. Avec des voisins tels que l’Aigle, le Sagittaire ou le Serpent, le Scutum est plutôt renvoyé aux seconds rôles. Ainsi la manière la plus facile de le repérer est de sillonner entre le Sagittaire et l’Aigle, dans la Voie lactée.

Les étoiles importantes de la constellation du Scutum

Même si la constellation du Scutum est petite par sa taille, elle intègre un assez grand nombre d’objets brillants très intéressants. L’étoile principale est Alpha Scuti, la plus brillante de la constellation.

Il s’agit d’une géante de type spectral K2III. Elle possède une magnitude de 3,85 et est distante de 174 a.l. et 20 fois plus grande de notre système solaire. Une autre étoile importante de l’Ecu de Sobieski, c’est Bêta Scuti. Il s’agit d’une supergéante rouge de type spectral G0 et de magnitude 4,50. Sa distance est évaluée à 175 années-lumière.

La troisième étoile importante du Scutum est Gamma Scuti qui est une sous-géante A3 avec 4,70 de magnitude. Gamma Scuti se trouve à 130 années-lumière. Autre étoile non moins négligeable, Delta Scuti.

Cette étoile variable appartenant à la famille de Bêta Cephei (Céphée) est située à 130 années-lumière. Il s’agit donc d’une étoile massive dotée de variations d’amplitude assez faibles, en l’occurrence entre 5,20 et 4,90 et sur une petite période de 4h 30 mn. En plus, cette étoile renferme deux autres composantes dont la plus brillante se situe à 52″ avec 10 de magnitude. R Scuti représente une étoile variable qui est de la famille de RV Tauri (Taureau).

Elle possède une magnitude variant entre 4,40 et 8,20 avec une période moyenne de 140 jours.

C’est donc une étoile semi-régulière découverte par Edward PIGOTT (1753-1825) en 1795. Sa distance est estimée a 1405 a.l. la plus grande étoile connue du Scutum est UY Scuti avec un rayon gigantesque estimé à environ 1 708 rayons solaires et un volume de près de 5 milliards de fois plus grande que celui du Soleil.

L’étoile engloutirait toutes les planètes jusqu’à Jupiter si elle était placée au centre de notre système solaire. Elle fait également partie des étoiles les plus lumineuses. D’autres objets lumineux intéressants composent la constellation du Scutum ou Ecu Sobieski. Parmi ceux-là on peut citer l’Amas du Canard sauvage, le M26, le NGC 6664, le NGC 6683, être autres.

La mythologie de la constellation du Scutum

L’introduction de l’Ecu de Sobieski (Scutum Sobiescianum) a été faite en 1690 par l’astronome polonais Johannes Hevelius et ce, dans le but de rendre hommage au Roi de Pologne Jean  III Sobieski. Ce dernier a, en effet, réalisé de grands exploits dont le plus connu a eu lieu lors de la bataille de Vienne en 1683.

Lors de celle-ci, rien moins que la civilisation européenne ne fut mise en danger. Dans la matinée du 12 septembre 1683 (4H du matin) le Roi Sobieski était entouré de ses troupes de plus de 80 000 hommes, des Polonais, des Autrichiens ainsi que des Allemands. Face à eux, près de 130 000 Turcs qui les submergeaient de par leur nombre.

Malgré tout, le Roi et ses hommes s’étaient battu toute la journée jusqu’à  l’après-midi, vers 5H, quand une troupe de cavalerie sous la houlette du Roi Jean  III Sobieski parvint à perforer la ligne de bataille des ennemis et à engager ceux-ci dans la confusion. Il parvint alors à gagner la tente du commandement ennemi, à peine quelques 30 minutes plus tard, ce qui mit fin à la bataille.

Apres cet exploit, le Jean  III Sobieski reçut les honneurs du Pape ainsi que des autres notables comme le « Sauveur de Vienne et de la Civilisation de l’Ouest de l’Europe ». Jean  III Sobieski mourut le 17 juin 1696.