Philophobie (peur de l’amour) : qu’est-ce que c’est, symptômes et remèdes

29 Août 2020 - Étiquettes :

philofobie dans l'amour

L’amour est l’un des sentiments qui touche la société et qui est naturel en l’homme. Nous avons tous besoins d’amour. Mais sommes-nous tous dans cette disposition de surmonter les exigences de ce sentiment ? C’est là que se trouve la véritable interrogation. Ainsi, il existe des individus dont ces exigences amènent à adopter d’autres postures beaucoup plus radicales et cela a pour base, la peur, la peur de l’amour.

La Philophobie fait partie des troubles qui touchent les gens qui ont souffert par l’amour et qui adoptent un comportement de refus vis-à-vis de ce sentiment.

1.     Qu’est-ce qu’une peur ?

la phobie de l'amourD’abord, il faut comprendre que la peur est un sentiment naturel, une émotion d’anticipation. Elle permet à la personne d’anticiper un danger potentiel. Cependant, il faut aussi savoir que la peur est un sentiment très subjectif comme tous les sentiments d’ailleurs. Ce qui veut dire que ce qui fait peur à un individu peut, ne pas l’être pour un autre. Cette subjectivité et cette différence dans la perception de la peur provient de nos multiples expériences et que chacun à sa façon de percevoir la peur. Par exemple, le conducteur d’une voiture peut avoir peur de l’accident juste parce qu’il a vécu un événement traumatique qui pourrait laisser croire que cela va se produire. En somme, la peur est la résultante d’une appréciation subjective vis-à-vis d’un événement déjà vécu. Ainsi, pour la combattre, il faut passer par la source de ce problème qui est de revoir la logique de la peur.

2.     Qu’est-ce que l’amour ?

L’amour est aussi un sentiment naturel mais très difficile à définir. En effet, quand on parle de l’amour on touche forcément au cœur et les sentiments venants du cœur sont difficiles à maitriser. De ce fait, l’amour met l’être humain dans une situation très complexe et renforce le sentiment de peur pour certain. Mais aussi c’est un excellent moyen de vivre le bonheur. Aimer quelqu’un c’est faire vivre son cœur. De ce fait, selon psychologues demandent à leurs patients de vivre une relation d’amour car va contribuer à la manière de vivre et contribue à la réussite de l’individu. En effet, ce sentiment a une force extraordinaire quand il s’agit d’influer sur la vie de l’individu.

La définition de l’amour passe aussi par ses manifestations. L’amour se manifeste par des gestes et aussi des sensations qui peuvent être interprétés. Toutefois, ces manifestations sont différentes d’un individu à un autre. C’est pour cette raison qu’il est difficile de faire une définition exhaustive de l’amour. Chaque penseur, artiste ou simple individu donne sa propre perception de l’amour et de sa propre logique. C’est, d’ailleurs pour cette raison que le philosophe Blaise Pascal disait que « l’amour a ses raisons que la Raison ne sait pas ».

3.     Qu’est-ce-que la philophobie ?

Étymologiquement le mot « philophobie » est composé de deux mots qui signifient « peur de l’amour ». La peur de l’amour concerne le fait de ne pas s’engager dans une relation amoureuse. Parfois même cette peur va jusqu’au fait d’avoir peur d’aimer jusqu’à la famille et même des amis. Le fait d’établir une relation ou lien qui peut aboutir à ce sentiment provoque chez la personne atteinte de philophobie des sentiments contraires et même des troubles de stress, entre autres.

Qu'est-ce que c'est la philofobieLa philophobie est considérée comme une trouble qui peut avoir de graves répercussions. Et ces troubles peuvent pour conséquences de perdre plusieurs opportunités et influer négativement sur la sociabilité de la personne atteinte de philophobie. Cette peur élimine ce besoin d’avoir une relation afin d’éviter toute situation de déception en général.

Pour les cas extrêmes de philophobie, la peur se transpose jusqu’à d’autres relations de nature familiale et même amicale.

En somme, la philophobie est une trouble qui provient pour la plupart de traumatisme antérieur. C’est le résultat d’un mécanisme de défense contre les ruptures subies durant les années précédentes et aussi les expériences vécues auparavant.

4.     Les symptômes de la philophobie

La philophobie se manifeste par plusieurs manières et par rapport à la relation que vous entretenez avec la personne. Les symptômes de la philophobie s’observent dans le comportement de l’individu ce qui veut dire que quand vous réagissez d’une manière différente et négative par vis-à-vis de la personne vous montrez le développement de ce trouble. Les signes de ces manifestations peuvent être perçus de différentes manières.

4.1 Penser que vous n’êtes pas aimable

Lorsque vous considérez que vous n’êtes pas la personne adéquate pour être aimée, vous rentrez dans une logique de remise en question négative vis-à-vis de votre personne. Alors qu’en réalité, c’est vous qui portez un jugement de valeur sur votre propre personne. C’est l’une des manifestations de la philophobie. Si quelqu’un se croit indigne de toute marque d’affection, il finira forcément par craindre ce sentiment et se mettra dans un spiral de sous-estime de soi et de refus d’affection. Le manque de compréhension de la personne et du sentiment peut être à l’origine de cette remise en cause et sera donc un moyen de réfuter votre capacité à supporter l’amour.

4.2 Dominé par des déceptions

symptomes philofobieL’une des manifestations de la philophobie est la capacité de la personne à être guidée par ses déceptions et ruptures passées. Cela le mettra dans une posture plus difficile car créant une peur de la relation affective. C’est ainsi que plusieurs personnes se sentent obligées de rejeter les marques d’affection de leur entourage. Cela peut aller jusqu’aux relations familiales. Cela est parfois normal, en quelque sorte car vivre l’amour sans pour autant savoir sa beauté et le bonheur qu’il procure est tout à fait difficile. En effet, l’inconnu du bonheur provoque un effet de refus et de mise en question. Mais il ne faut jamais nager l’extrême car il peut vous priver de votre bonheur.

4.3 Laisser le confort du célibat

Pour certain, la liberté de vivre des relations éphémères sans fondements ni lendemain leur donne satisfaction. En effet, connaitre une personne pour une nuit et après la libérer est un facile. Mais, cela peut-il vous satisfaire et combler le vide émotionnel. C’est une interrogation qu’il faut faire. De ce fait, le confort du célibat peut être une manifestation de la philophobie. Mais c’est une manifestation beaucoup plus faible que les autres manifestations.

4.4 Refus de compromis

Vivre en amour, demande de faire des sacrifices et de céder une partie de ta personnalité en quelque sorte et cela pour satisfaire votre partenaire. Pour certains cela est impensable surtout quand la personne a une grande estime de soi. Vous n’avez pas vraiment besoin de faire un compromis pour tomber amoureux mais avec le temps vous devez au moins prendre des engagements. C’est cette peur de s’engager qui se transpose jusqu’à la philophobie. De ce fait, la personne multiplie les ruptures tout en pensant que c’est l’autre personne qui en est la cause alors que c’est lui qui a cette trouble.

4.5 Avoir des problèmes d’intimité

Quand on s’engage dans une relation amoureuse, on s’expose sur le plan de l’intimité car la personne va découvrir des aspects de votre vie que nulle autre ne peut savoir. Cette peur de l’exposition de l’iphilofobie et intimiténtimité et aussi de la manifestation de la tendresse envers votre personne fait partie des symptômes de la philophobie.

Selon la personne atteinte de ce symptôme, la manifestation de la tendresse ou le fait de révéler son intimité entraine une exposition au jugement. Ainsi, la personne adopte un comportement de rejet vis-à-vis de la personne qui veut lui faire du câlin, par exemple, ou autre chose.

4.6 Avoir la peur de se partager

Ici c’est un sentiment d’auto-jalousie qui frôle le narcissisme. En effet, dans une relation amoureuse, il est nécessaire de faire un peu de compromis pour pouvoir partager sa vie et parfois ses biens.

Cela demande d’avoir la capacité de céder parfois à ses habitudes pour le bien-être de la relation. Pour les pilophobes, il n’est pas question de se partager. Ils adoptent une posture de refus vis-à-vis de la personne qui veut montrer cet amour et s’identifier en eux. Cette considération est très récurrente chez plusieurs personnes et cela crée pour la plupart des conflits et des ruptures.

4.7 Ne plus faire confiance

Quand on sort de certaines ruptures, on a tendance à généraliser et à penser que toutes les relations se valent. C’est une appréciation très récurrente chez les philophobes qui voient en l’amour, qu’une manière de perdre du temps car la confiance donnée à la personne n’est pas nécessaire.

Alors que nous savons tous qu’une relation solide se bâtit avec la confiance. Lorsque vous ne faites pas confiance à votre partenaire, vous perdez tout le socle de votre relation. Ainsi, les disputes peuvent se multiplier et causeront des ruptures.

4.8 Avoir la crainte de la dépendance émotionnelle

amour et sa dépendanceLa dépendance émotionnelle est inévitable dans une relation amoureuse. Aimer quelqu’un c’est lui donner une part de votre existence et de lui faire confiance. De ce fait, vous devez comprendre que vous avez votre autonomie car pouvant vivre sans lui mais vous n’êtes pas indépendant de l’influence de la personne.

Cette peur de dépendre d’une autre sur plusieurs plans renforce la philophobie et cause la rupture de plusieurs relations amoureuses. Toutefois, il faut faire la nuance entre dépendre sur quelqu’un et compter sur quelqu’un. Vous devez compter sur la personne pour pouvoir vivre avec lui dans une relation de confiance tout en gardant votre autonomie et votre maitrise de soi et de votre vie.

4.9 Avoir peur de la rupture

C’est très récurrent chez les philophobes car ils ne voient pas en la personne un moyen de vivre le bonheur mais un risque de connaitre encore une déception. Cela renforce ce sentiment de peur de rupture.

La solitude fait peur plusieurs personnes et donnent un sentiment de mal-être alors que dans la réalité cette peur d’être laissé pour compte ne fait que renforcer cette trouble. Pour bien des personnes c’est l’un des plus grands symptômes de la philophobie.

4.10 Perdre confiance en l’amour

perdre la confiance en l’amourVous remarquerez que le discours de bien des célibataires soit rempli de ces genres de prétexte. En effet, chez plusieurs individus, l’amour n’est que pure fiction de ce fait, il ne vaut pas la peine de faire des sacrifices ou de vivre des déceptions. C’est une appréciation tout à fait libre mais cela ne doit pas être un frein pour vous et votre bonheur.

Et si vous connaissez le vrai amour en juste essayant de prouver cela. Les philophobes acquièrent cette peur en ayant ces genres de considérations qui se basent souvent que sur de pures spéculations.

5. Peur de l’amour en psychologie

En psychologie, la philophobie est une trouble qui doit être traitée. En effet, c’est une peur de l’engagement ou de la manifestation affective. Cette affection ou sentiment provient de la personne pour la plupart qui en voie qu’une faiblesse. Ainsi, la personne réfute cela en adoptant un comportement très radical vis-à-vis de la personne qu’elle aime.

Pour les psychologues, la personne va chercher les moindres défauts de la personne et cela jusqu’à même, parfois, en créer. Et si elle détecte ce défaut, elle va justifier cela par une rupture de relation sous prétexte que cela est anormal. Ainsi, la personne va se persuader que cet amour éprouvé envers la personne est impossible par la simple raison que la personne aimée a des défauts.

Pour les psychologues, ce trouble peut être traité et cela par des thérapies adéquates destinées à permettre au philophobe de dépasser cette peur.

6. Quelles sont les causes de la philophobie ?

philophobie et causes Nous savons tous que la philophobie peut causer plusieurs répercussions dans la vie sentimentale de la personne. Ainsi, il est nécessaire de connaitre ce qui cause ce trouble. C’est là où la personne doit être sincère avec lui-même afin de mieux faire une bonne introspection. Pour les causes de la philophobie, elles sont multiples en voici quelques-unes.

  • Être incapable de se défaire de la déception passée
  • Une déception profonde et non dépassée
  • Connaitre une tragédie causée par l’amour avec tous les troubles que cela peut engendrer
  • La perte de la confiance en autrui et de tout ce qui peut causer ce manque de confiance
  • L’arrivée dans le couple d’un membre de la famille du partenaire qui est indifférent à votre relation ou même ne vous apprécie pas
  • L’existence d’un enfant qui peut prendre du temps et de la place dans votre relation
  • Les viols qui peuvent donner des troubles de perte de confiance envers les personnes
  • La perte d’un être cher
  • La perte d’un amoureux par la mort ou autres causes dramatiques.
  • Ces causes ne sont pas exhaustives mais sont les plus récurrentes chez les personnes qui sont atteintes de philophobie.

7. Comment se comporter avec un partenaire philophobe ?

Si vous n’avez pas la philophobie et que vous vous êtes engagé avec une personne qui a cette trouble, il existe certaines astuces et méthodes à adopter afin de l’aider à avoir plus confiance en l’amour et à éliminer cette peur. Premièrement, vous ne devez pas attendre qu’il soit le maitre de votre relation car, son trouble lui empêche de prendre ses responsabilités.

avoir un partenaire philophobeEnsuite, il faut être patient avec la personne et ne pas être trop incombant. Mais cela ne doit pas vous empêcher de bien lui montrer que vous attendez qu’il soit là pour vous. Miser sur le partage aussi est un excellent moyen d’aider votre partenaire à combattre sa philophobie car cela l’aidera à mieux se rendre compte de la beauté de ses sentiments.

Et enfin, l’aider à consulter un psychologue, c’est très important pour sa santé mentale.

8. Quels sont les sentiments des personnes atteintes de philophobie ?

Les philophobes ont des manifestations différentes vis-à-vis de ce trouble. Toutefois, il existe des comportements qui montrent que la personne développe ou commence à développer la philophobie. Parmi ces sentiments on peut en citer quelques-uns.

  • Un sentiment d’anxiété et de nervosité quand on sent qu’on peut tomber amoureux. En effet, les philophobes peuvent même avoir des troubles de crise de panique juste à l’idée de tomber amoureux.
  • Sentiment de répression des sentiments et manifestations affectives.
  • Sentiment de fuite et de l’isolement vis-à-vis de l’amour. En effet, quand un philophobe sent qu’il peut tomber amoureux, il cède à la panique et laisse libre cours au refus et au rejet.
  • Sentiment de vivre un amour impossible, par example un amour non réciproque. C’est l’un des prétextes les plus récurrents des philophobes. Donner la raison de l’amour impossible pour éviter de s’engager est l’excuse préférée des philophobes. C’est un sentiment qui part du néant car se basant sur des défauts tout en sachant que nul n’est parfait. De ce fait, la personne mettra fin à la relation sans prendre le temps de bien observer.

9.     Comment surmonter la philophobie ?

Avant de surmonter une quelle conque maladie, il faut d’abord reconnaitre son existence. De ce fait, la première étape pour surmonter une philophobie est de reconnaitre que vous êtes philophobe. De ce fait, vous pouvez passer par les nombreuses méthodes pour résoudre ce problème.

comment surmonter la philophobie Quand, vous reconnaissez ce trouble, vous devez chercher de l’aide. Chercher de l’aide ne veut pas forcément dire ne pas faire d’effort. En fait ce sera le début d’un long processus qui va permettre de comprendre ce qui vous taraude réellement. Vous devez aussi essayer de changer votre mode de vie progressivement.

Le changement de votre mode de vie passera par une conduite exemplaire vis-à-vis de votre partenaire qui sera un élément déterminant dans votre traitement. Il ne faut surtout pas forcer la relation car cela peut avoir l’effet inverse. Ainsi, la progression de votre traitement sera et doit être suivie par un psychologue qui est la personne la mieux placée pour vous aider.

Quand vous choisissez un psychologue, vous devez le faire à temps au lieu de laisser le trouble prendre des proportions incontrôlables et cela sans pour autant que vous ayez le choix de préserver votre relation amoureuse.

10.  Qu’est-ce qu’un psychothérapeute peut faire pour la philophobie

Pour un psychothérapeute ce trouble peut être guéri et surmonter à travers différents types de thérapies. Ces thérapies auront pour objectif de vous permettre d’avoir une posture beaucoup plus ouverte envers l’amour.

Ainsi, vous pouvez faire de la thérapie cognitive. La thérapie cognitive, vous permettra de détecter l’origine de ce trouble avant tout. Et ensuite, le thérapeute utilisera des méthodes et techniques pour remplacer ce processus de peur.

thérapie pour la philofobieIl y a aussi la thérapie de désensibilisation affective, une solution pour la dépendance emotionelle. Dans ce cas de figure, le patient est exposé à l’objet de sa peur ou la situation qui provoque sa peur qui est ici une relation amoureuse afin de voir s réaction et de le désensibiliser. Et enfin, il y a aussi l’hypnothérapie qui consiste à vous aider à vous confronter à votre situation de peur inconsciemment.

Cela vous permettra de voir la réalité de cette peur et sa faiblesse afin de ne plus sentir le besoin de refus émotionnel par rapport à votre partenaire.

Il existe d’autres types de thérapies, mais tout cela sous la directive d’un psychothérapeute qui est spécialisé en cela et vous donnera la méthode adéquate.

11.  La philophobie : en conclusion

Pour conclure, nous pouvons dire que tout trouble peut être traité mais cela demande de faire des sacrifices. Pour la philophobie, c’est un sentiment naturel qui a été perçu d’une manière négative jusqu’à causer des conséquences néfastes à la santé de la personne.

De ce fait, il faut faire en sorte de vivre vos ruptures pleinement avant de vous engager dans une nouvelle relation car cela vous permettra de maitriser la situation et de mieux savoir vos besoins. Ainsi, même si vos ruptures seront difficiles mais elles ne seront pas l’origine d’un autre mal.