La constellation du Vulpecula (Petit renard): caractéristiques, étoiles principales, mythologie

16 Mar 2020

D'une manière générale, les constellations se décrivent comme étant des petits groupes d'étoiles situées côte à côte au niveau de la sphère céleste. À chacun de ces groupes sont assimilés des figures convenues par tous et à qui sont assimilées des appellations.

La constellation vulpécula cum Anser doit son nom polonais à l’astrome Johannes Hevelius vers la fin des années 1600. Cette appellation est celle qu’on lui a donnée au départ. Plus tard, cette constellation est devenue plus connue et en langue française elle est appelée petit-renard. Anser est l’étoile la plus pétillante de la constellation étant une magnitude rouge. Le petit renard a été imaginé par l’astronome pour compléter une partie entre le Cygne et la Flèche restée inoccupée de terminologie. La constellation de l’oie est finalement devenue invisible puisqu’elle s’est retrouvée dans la gueule du renard. Au début, il était question de deux constellations différentes, l’Oie a été incluse dans l’allure du renard avant d’être totalement invisible.

Les caractéristiques

De magnitude 4,4, Anser a évolué au-delà de la séquence principale qui est donc immense, mais pas autant que les géantes bleues. Lorsqu’on parle de constellation, on ne peut pas ignorer la lumière. La constellation Vulpécula-Petit renard se caractérise par sa source de lumière en métaphore avec un outillage de référence et une lumière provenant de la chaleur seulement. On fait aussi référence et à la terre et à la gravité en particulier.

Elle se décrit comme étant le champ de pesanteur qui nous maintient sur la terre et grâce auquel on ne présente pas d’instabilité. Elle se caractérise également par sa masse qui est une grandeur physique qui permet d’estimer un corps avec des chiffres. Elle est toujours positive et ne présente pas de modification avec son environnement c’est-à-dire qu’elle reste constante. Et enfin, elle se décrit de par sa luminosité qui représente la quantité d’énergie dégagée par celle-ci. Cette énergie peut s’exprimer grâce à une unité de mesure que l’on appelle en physique le watt.

Les étoiles principales

La Vulpécula originairement appelée dans le langage polonais est connue comme étant l’étoile appelée Anser qui dégage le plus d’énergie et donc la plus brillante de la constellation. Cette constellation regroupe plusieurs autres étoiles.

La masse de cette étoile peut être comparée à celle du soleil et varie de manière à représenter celui-ci entre 3 et 8 fois sa masse. Lorsque ces étoiles terminent leur consommation en hydrogène, elles vont se mettre à récupérer l’hydrogène de leur noyau qui contient une quantité considérable d’hélium. Les différentes propriétés du petit-renard dépendent les unes des autres, car elles ne peuvent pas exister les unes sans les autres et ne sont pas facilement estimables.

Certaines étoiles peuvent être mesurées de manière directe en utilisant certains outillages, mais ce n’est pas le cas avec ce type de constellation. Cependant le petit-renard, permet d’ajouter un type spectral de type MOIII. En astronomie l’année-lumière est une unité de longueur et elle permet de dire que Le Petit -renard se situe à 297 années-lumière. Elle partage un centre de gravité avec une autre étoile orbitante. Ces deux étoiles sont distantes de 200 années-lumière. À Vulpécula, on peut associer d’autres étoiles découvertes à la même période en l’occurrence le premier pulsar découvert par Anthony Hewish et Jocelyn Bell.

La mythologie

La Vulpécula pour rester en Pologne ou le petit-renard pour parler français est une constellation qui a été découverte vers la fin des années 1600 par un polonais. Elle est aujourd’hui reconnue comme une constellation de la sphère céleste. Cependant, cette constellation de longue date n’est pas étrangère à la mythologie grecque puisqu’elle est une partie intégrante de celle-ci. Au tout début cette constellation portait le nom de “Vulpécula cum Anser” c’est-à-dire “renard avec oie”. Mais puisque, l’oie s’est retrouvée dans la gueule du renard, elle a fini par être totalement invisible pour cette représentation.

Aujourd’hui, l’oie n’est plus considérée comme faisant partie de cette constellation par conséquent, le renard est devenu la seule composante de son image ce qui explique le nom que cette constellation porte aujourd’hui. Le renard qui a été découvert au même moment que la constellation petit-renard est une figure de la mythologie grecque. Donc, bien qu’à première vue on puisse penser que les origines de cette constellation sont polonaises, en y réfléchissant de plus près, on se rend compte qu’elles sont bien plus lointaines. En effet, ici on peut constater clairement peut être assimilé à l’époque de la Grèce antique.